-->


rbb-Kultur

FAITH TO FACE

Giacomo Puccini: "Suor Angelica"

Cela n'arrive pas souvent : l'opéra dans la Philharmonie de Berlin ! L'acte unique de Puccini, "Suor Angelica", a été joué deux fois ce week-end. Le chef de la maison, Kirill Petrenko, se tenait sur le podium.

L'ensemble vocal était principalement composé d'étudiants des deux académies de musique de Berlin. Les jeunes des écoles berlinoises ont chanté dans le chœur et les boursiers de l'Académie Karajan se sont assis dans l'orchestre. Nicola Hümpel a mis en scène la pièce en un acte de Puccini. Avec la Japonaise Yui Kawaguchi, une remarquable danseuse expressive était également présente.

Et il y a eu une scène improvisée : Oliver Proske, le partenaire de Nico Hümpel dans l'art et la vie, a résolu cela de manière assez brillante. L'opéra "Suor Angelica" se déroule dans un couvent, et ce sont aussi exclusivement des femmes qui chantent. Oliver Proske a conçu virtuellement les stalles du chœur d'un couvent et les a transformées en un design moderne et réduit. Deux blocs de sièges allongés et blancs, sur lesquels les sièges des religieuses étaient virtuellement désignés, avec une porte de placard verrouillée sous chaque siège pour leurs affaires. Le spectacle s'est déroulé autour de ces deux rangées de sièges ...

Visite guidée intensive
La direction de personnage de la metteuse en scène Nico Hümpel était assez intense. Les nonnes étaient très occupées, elles faisaient toutes quelque chose de leurs mains tout le temps, ce n'était pas toujours évident de savoir ce qui se passait, des bouts de tissu étaient triés, certaines faisaient des exercices de gymnastique au sol. Le pourquoi n'était pas toujours évident. Mais en tout cas, il y avait toujours quelque chose qui se passait et ce n'était pas ennuyeux.

Visualisation de l'intrigue

Nicola Hümpel et Oliver Proske ont transposé à notre époque cette histoire, qui se déroule dans un monastère près de Sienne au XIXe siècle. L'héroïne du titre est une femme noble par nature, qui a été désavouée par sa famille et forcée à entrer dans un couvent parce qu'elle a donné naissance à un enfant illégitime. Lors d'une visite de sa tante Principessa au monastère, elle apprend que cet enfant est mort. Suor Angelica est tellement choquée qu'elle finit par se suicider.

La tante - incarnée par la soprano suédoise Katarina Dalayman, la seule chanteuse expérimentée de cette production - est la seule protagoniste à porter une robe noire, les nonnes portent toutes des robes blanches. Et après le suicide d'Angelica, on peut voir la tante à la fin, par projection vidéo, assise dans un restaurant chic (c'est-à-dire le foyer de la Philharmonie) et buvant du prosecco. C'est donc une personne qui plonge délibérément les autres dans le malheur et qui le célèbre aussi comme un triomphe, ce qui est censé se produire encore aujourd'hui. Donc une visualisation compréhensible de l'intrigue.

Un grand potentiel vocal - Ann Toomey dans le rôle titre

Les jeunes chanteuses ont parfaitement maîtrisé la tâche, même si elles ont dû jouer beaucoup en chantant. Ici, on a vraiment mis à profit l'"idée éducative", parce que les jeunes d'ici devaient faire tout ce qu'ils auraient à faire plus tard dans un ensemble d'opéra. La chorale était également excellente !

Cependant, ce qui a le plus impressionné, c'est la protagoniste, la soprano américaine Ann Toomey dans le rôle de Suor Angelica. Une voix absolument formidable, à laquelle on peut encore entendre sa jeunesse, mais qui est consciente de son potentiel et travaille magnifiquement avec lui. Elle a reçu des minutes d'applaudissements. Elle a également été la découverte de la soirée car les émotions qu'elle a incarnées sur la scène improvisée lui ont été totalement enlevées - du choc lorsqu'elle a appris la mort de son fils au désespoir abyssal avec lequel elle est ensuite allée à sa mort - c'était aussi du grand art dans le domaine du spectacle vivant !

L'orchestre - comme le "vrai " Philharmonique de Berlin

Les quelque 40 académiciens de Karajan ont joué de manière si homogène qu'on aurait pu facilement penser, les yeux fermés, que l'Orchestre philharmonique de Berlin était assis là. Un son chaleureux, parfois sphérique, pour les cordes, qui rendait justice à la musique lyrique de Puccini. Bien qu'une version pour orchestre réduit ait été choisie. Kirill Petrenko a évoqué des moments très touchants, qui vous ont profondément marqué. Cela montre une fois de plus à quel point il est un brillant magicien du son !

Une soirée absolument formidable ! Les applaudissements incessants à la fin en témoignaient.

Claus Fischer, 03.02.2020

 

© 2011-2018 Nico and the Navigators